Les 24 heures du Swing 2013

Programmation du Festival Jazz

Sous la Halle

Au Village Swing

Les 24 heures du swing 2013

Au Foyer

Sous les arcades

  • New Orleans Quartet
  • Minimum Fanfare
  • Cadijo
  • Asix Quartet
  • Elodie Alice Quartet
  • Barfly Jazz Quintet
  • Edmond Bilal Band
  • Jankenpo
  • Orchestre Universitaire Bordeaux III
  • Let’s Groove

Les 24 heures du swing 2013

Rendez-vous convivial et populaire !

Un rendez-vous musical, convivial et populaire ! Cette année, c’est Cécile McLorin Salvant qui a eu l’honneur de faire l’ouverture du festival les 24 Heures du Swing 2013, reconnue comme la révélation jazz vocal de 2013 et nominée parmi les meilleures chanteuses de jazz de l’année par les journalistes de la presse américaine. En première partie, le pianiste Serge Moulinier avait concocté le spectacle « September Celabration » autour d’un trio vocal inédit, formé d’une mezzo-soprano lyrique (Martine Olméda), d’une chanteuse de jazz avec laquelle il se produit régulièrement (Laurence “Lo” Jay), et d’une toute jeune fille de 14 ans, (Alice Mc Carthy).

Le samedi, nous recevions le quintet de Benny Golson (l’un des compositeurs les plus importants de l’histoire du jazz) et Pierre-Yves Sorin (célèbre contrebassiste). Sur un répertoire de standards (du saxophoniste) ou d’originaux (du leader), Benny Golson a prouvé qu’il tenait encore fort bien la scène, avec beaucoup de présence et d’envie, tout cela avec le sourire.

La seconde partie de soirée s’annonçait très manouche car nous accueillions une formation qui avait déjà conquis le cœur des festivaliers par le passé : Les gosses de la rue. Il invitait à l’occasion, le guitariste manouche Romane. Une belle fin de soirée, une rencontre explosive remplie d’émotion.

Sur la scène du Village Swing, c’était six groupes qui se relayaient pendant les journées du samedi et dimanche. A l’affiche, le Sanguinet Jazz Band, le Jazz Chamber Orchestra, Evan Christopher, le gospel de Fonegna Copie, le style New Orleans du quartet de Jérôme Gatius et le funk explosif et dansant de Gizelle Smith.

Les 24 Heures du Swing 2013, c’était aussi la fanfare serbe du Collège Eléonore de Provence de Monségur, les groupes déambulatoires du New Orleans Quartet et le Minumim Fanfare, les Big Band du Collège sur la scène de l’OTEM, une quinzaine de concerts sous les arcades, avec entres autres, l’Orchestre Universitaire de bordeaux III, Cadijo, Asix Quartet, Elodie Alice Quartet, Barfly Jazz Quintet, Let’s Groove (orchestre du lycée).

Les plus du festival Jazz

De nouvelles collaborations entre associations, le collectif bordelais « bordeaux’s groove band » était l’invité spécial de la scène du foyer. trois groupes se sont succédés : the frog jam, innvivo et foolish king.

Cette année, le festival a également mené une collaboration avec l’association bordelaise action jazz. l’association a lancé, début 2013, le premier « tremplin action jazz nouveaux talents ». les gagnants de ce tremplin, les groupes jankenpo et edmond bilal band ont eu l’occasion de se produire pendant le festival, sous les arcades de la bastide.

le club photo espoir pessacais, devenu le photographe officiel des «24 heures du swing», a réalisé une très belle exposition des photos de l’édition 2012 à la mairie de monségur pendant le festival. itinérante dans la région depuis le début de l’année 2013, elle fut exposée au cinéma l’utopia de bordeaux, à l’office de tourisme de duras, au collège de monségur ainsi qu’au cinéma eden de monségur.

deux monuments du jazz bordelais, « l’avant-scène et chez pépère » se sont installés le temps du festival, dans un seul et même lieu « l’avant-scène et chez pépères » dans la cour du crédit agricole de monségur. ce projet s’est concrétisé en prenant la forme d’une guinguette qui avait pour objet d’animer le off du festival en mettant à disposition des musiciens du festival ou d’ailleurs. cette première expérience fut concluante, forte de convivialité, de musiques et de partage.

2013 sous le signe du changement

Cette année, le cheminement entre ces deux scènes se faisait par la rue Descorne, ce qui a été apprécié du public. Egalement, cela a permis d’exploiter de nouveaux lieux d’animation : la cour du Crédit Agricole de Monségur pour la guinguette de l’Avant-Scène des Pépères, l’esplanade de l’OTEM pour le concert des Big Band du collège Eléonore de Provence, la cour de l’école maternelle pour la buvette de l’association Jazz Ségur (parents jazz du collège).

Un impact important

Un impact important sur l’activité économique du territoire

Les festivaliers, venant principalement du territoire de l’Entre-Deux-Mers et de la région bordelaise se restaurent dans les restaurants de Monségur. Pour cela, les festivaliers avaient le choix entre les restaurants de Monségur, le traiteur de l’organisation ou les marchands ambulants.

  • Les terrasses des cafés ne désemplissent pas.
  • Le festival lui-même privilégie les fournisseurs et commerces locaux ou régionaux pour les achats et la location du matériel.
  • Les repas de l’organisation et des musiciens sont exclusivement fournis par un producteur/traiteur local (Pascal Lavergne, producteur à St Gemme)
  • L’hébergement est assuré en partie par l’hôtel Ibis-St Jean et l’hôtel Le Lion d’Or de Marmande pour les têtes d’affiche. Le camping de Monségur permet de loger les danseuses d’Audrey Caudan pendant le week-end de la manifestation. Egalement l’internat du collège Eléonore de Provence de Monségur est mis à disposition des musiciens restant pendant deux ou trois jours. Quant aux festivaliers souhaitant rester tout le long du festival, les chambres d’hôte de Monségur et des alentours sont très prisées.
  • Le transport des artistes est assuré par avion ou par train (gare de Bordeaux, Toulouse, Marmande). Le taxi de Monségur, (Laurent Gachet) effectue des liaisons entre le lieu de concert et le lieu d’hébergement (souvent Marmande ou Bordeaux) pour les principales têtes d’affiche.
  • L’impression de nos différents outils de communication (flyers, affiches, brochures…) a été confiée à deux imprimeries locales (Graphic Presse à Langon et Maumy à la Réole). De plus, la diffusion a été prise en charge par trois diffuseurs de la région : Bip-Bip Production à Mérignac, Sarl Sotraut à Mongauzy et Kalou à Marmande.
  • Nous sollicitons, de plus en plus, de formations ou des musiciens locaux et/ou régionaux pour notre programmation musicale : Bordeaux (September Celebration, Le collectif Bordeaux’s Groove Band, Jazz Chamber Orchestra, les Gosses de la rue, Elodie Alice Quarte…), Langon (Asix Quartet), Créon (Minimum Fanfare)
  • Nous travaillons en majeure partie avec les fournisseurs locaux : Carrefour Contact, Casino, Taxi Gachet, le restaurant les Colonnes (repas des musiciens et des techniciens), les petits-déjeuners assurés par les cafetiers, SARL Lantier (location des tentes et du plancher), la coopérative vinicole de Monségur.
  • Les exposants (produits du terroir, vêtements, restauration rapide, maroquinerie, bijoux…) installés autour de la Halle et dans la rue Descorne, venaient des départements de la Gironde, de Dordogne, de Charentes, des Pyrénées Atlantiques, du Lot-et-Garonne, des Landes ou encore du Tarn-et-Garonne.
  • Les associations locales ont participé également au festival : Jazz Ségur (parents jazz du collège), le club de Tennis de Monségur, la guinguette « l’Avant-scène des pépères », le collectif Bordeaux’s Groove Band, Action Jazz, le club photo Espoir Pessacais
  •  L’Office de Tourisme de l’Entre-Deux-Mers (basé à Monségur) met à disposition son personnel pour le fonctionnement de la billetterie en amont de la manifestation. La COVED (ordures ménagères) de Massugas met des bennes à disposition, les chauffeurs travaillent bénévolement.

Galerie Photos

Pin It on Pinterest

Share This