Les 24 heures du Swing 2012

Programmation du Festival Jazz

Sous la Halle

  • Roberta Gambarini
  • Ronald Baker Quintet
  • My Chet, My song Riccardo Del Fra Quintet
  • Olivier Gatto Jazz Combo 4G’s

Au Village Swing

  • Neal Black & the Healers
  • Doodlin’
  • Les Zinzins du Jazz
  • Sonora Trinitaria
  • Ten Years Big Band
  • Les Classes Jazz
  • Marie Carrié Quartet
  • Craig Adams & the Voices of New Orleans
  • Fred Wesley & the New JB’s

Les 24 heures du Swing 2012

Au Foyer

  • Ceïba
  • Akoda
  • ‘Better Groove

Sous les arcades

  • Les Repris de justesse
  • The Blues Squirrels
  • Big Funk Brass
  • Fabulous Fabs
  • Lucia Stanizzo Trio
  • Slobodan Sokolovic Group
  • Stéphane Mazurier Trio
  • Swing Nocturne Orchestre Universitaire Bordeaux III

Une météo défavorable pour ce festival

Vendredi 6 juillet

Cette première journée pour les 24 heures du Swing 2012 débute avec le groupe déambulatoire, les Repris de Justesse qui animent à partir de 11h le marché du Vendredi matin. Un vrai spectacle à l’état pur, qui enchaîne les rythmes Jazz, New Orleans et Blues autour de la halle et sous les arcades. Nous ne manquerons pas de les recroiser durant le week-end où ils interviennent à plusieurs reprises.

Comme la tradition l’oblige, la soirée d’ouverture du festival s’ouvre toujours par un style plus vocal. Le nouveau groupe d’Olivier Gatto ouvre les festivités, réunissant quatre musiciens venus d’horizons très divers. Cette mise en bouche de manquera de nous séduire…au programme swing, groove et musiques afro-américaines, joliment interprétées par Shékinah Rodz, également saxophoniste. Le style du groupe a visiblement touché le public, finissant ce spectacle sous les applaudissements.

En exclusivité également de cette 23ème édition, l’italienne Roberta Gambarini, fidèle à sa réputation, nous offre un concert à la fois émouvant et élégant. Liant swing et scat, Roberta Gambarini n’a pas caché pas son goût pour un riche répertoire de standards brillamment illustré. Elle a réussi  à nous toucher par la justesse de son interprétation. Du Grand Jazz Vocal !

Samedi 7 juillet

Après une première soirée de mise en jambe, la journée du Samedi s’annonce plus que sportive pour les 24 heures du Swing 2012

L’ambiance du Samedi s’agite doucement autour de la halle, sous les arcades de la bastide avec une émission Radio, qui se prépare chaleureusement. Les promeneurs peuvent profiter en avant-première des concerts du soir comme Ceiba ou Lucia Stanizzo Trio.

Les Repris de Justesse reprennent l’assaut de la bastide, nous surprenant à chaque intervention par leurs jeux burlesques et comiques. Les Big Funk Brass (également  en déambulation dans la ville), quant à eux, n’ont pas peur de mélanger les styles. Leur répertoire a su ravir le public, qui les suit dans une déambulation autour de la halle. Big Funk Brass c’est 90% de compos loufoques et 10% de reprises funk, le tout interprété par dix jeunes aux corps athlétiques.

Un peu plus loin, le Village Swing recommence à prendre vie, avec une soirée danse en perspective. La présence d’un plancher s’est renouvelée cette année, pour la grande satisfaction des danseurs professionnels. A partir de 18h, se met en place, le Ten Years Big Band, venu fêter dignement les 10 de la création de la Classe Jazz. Le festival a réuni une trentaine de musiciens entre 12 et 22 ans, certains sont encore des musiciens en herbe, d’autres sont en passe de devenir des professionnels.

Puis s’enchaine, à 20h, le concert des Doodlin’ qui s’apparente sensiblement au registre des Andrew Sisters. Les trois chanteuses donnent un ton feutré et une atmosphère très personnelle, donnant au Village Swing un moment bonnement délicieux et hors du temps.

Pendant ce temps, sous la Halle, l’énergie du quintet du trompettiste Ronald Baker commence à se faire sentir, accompagné par le saxophoniste Antonio Hart. Après une heure et demi de concert, le public exulte. Standing Ovation pour cette musique sincère et festive, qui a complètement séduit les oreilles des spectateurs.

Puis prend place, l’hommage à Chet Baker, revisité par le quintet de Riccardo Del Fra mystifié par la trompette de Stephane Belmondo. Un concert particulièrement émouvant, beau et poétique. Leur musique nous a transporté dans un univers d’une grande richesse. Billy Hart, l’une des légendes de la batterie jazz, fait également partie de l’aventure. Une belle réussite de ce festival !

A peine fini, c’est reparti, pour assister au reste de la soirée. En direction du Village Swing, on entend les débuts des concerts sous les arcades ; entres autres Les Fabulous Fabs, Lucia Stanizzo Trio ou encore le groupe des professeurs du collège, le Slobodan Sokolovic Group.

La salsa cubaine des Sonora Trinitaria s’impose comme une évidence pour finir ce Samedi en beauté. Grâce à sa puissance musicale et son énergie sur scène, le groupe conduit cette soirée danse en apothéose. Les corps s’enlacent, s’agitent au rythme des percussions et des chants cubains.

Pas très loin, c’est déjà la folie dans le foyer où Akoda et Better Groove sautent sur l’occasion pour terminer d’enflammer cette nuit véritablement créative et riche en sensations.

Dimanche 8 juillet

Dimanche matin vers 11h, nous nous sommes donnés rendez-vous à l’Eglise. Le temps d’une messe colorée ”gospel” l’église Notre dame de Monségur prend des allures inhabituelles. La Chanteuse Fonegna Copie a fait déplacer les foules. On se masse à l’entrée pour tenter d’apercevoir les chanteurs. Là encore la magie opère. Fonegna Copie et son collectif FCLC, par sa générosité offre un spectacle puissant.

Dernière ligne droite pour ceux qui ont choisi le Village Swing pour apprécier les standards de la chanteuse Marie Carrié. Sobriété et élégance sont au service d’un répertoire subtilement élaboré.

17h : On en peut plus car on sait que d’une minute à l’autre, le tant attendu Craig Adams arrivera sur scène et ce sera parti pour un concert de folie. Figure emblématique des églises noires de la Nouvelle-Orléans, il est l’un des plus jeunes talentueux musiciens de la Louisiane. Pas manqué, il n’a pas tardé à électrifier la foule présente par son gospel contemporain, sa soul et son rhythm’n blues. Preuve de l’osmose du fameux chanteur-compositeur avec son style ; celui-ci descend de scène pour commencer une circulation déhanchée avec son public plus que demandeur.

…et puis final en beauté par le show de Fred Wesley & the New JB’s. Une petite pépite pour clôturer cette 23ème édition, sous le funk jazz bien concocté de l’ancien tromboniste de James Brown…Le groupe propose de finir cette fin de concert en invitant les Big Funk Brass à les rejoindre sur scène.

Les 24 heures du Swing 2012

Toute la richesse du Jazz

Cette 23ème édition basée sur une programmation éclectique et de qualité a permis de faire découvrir au plus grand nombre toute la richesse du Jazz. Cette nouvelle édition a pu démontrer une fois de plus que le Jazz est une musique vivante, en pleine évolution. Une nouvelle génération de musiciens trouve dans ce festival un lieu d’expression unique. En parallèle, un travail sur les pratiques amateurs est mené en amont du festival dans la continuité des actions de l’OMCL durant l’année (Jazz au primaire, au collège et au lycée).

Pin It on Pinterest

Share This